C’était ma première participation à ce rallye du Chapter Plaine de France 95 et ce
8  septembre 2018 marquait la  6e saison du rallye.

Coup de démarreur dans le garage et sortie de la Street Glide dans une ambiance matinale frisquette .
Je retrouve ma nièce Emilie  à 7h15 à Luzarches, direction le premier point de rendez-vous, évoqué dans une charade trouvée sur le nouveau site informatique, histoire de se mettre dans l’ambiance.    Gilles et Viviane sont à l’heure… Les autres arrivent très en retard !
Bon, passons sur ce laxisme qui gagne les troupes.

Isabelle et Philippe nous expliquent les règles et nous remettent un livret par équipe, comprenant 4328 questions, plus des cartes  du début du 20e siècle, avec 12723 noms de communes y figurant.
Tout cela démarre très simplement…! Un petit poil de pression commence à nous envahir… Il nous est demandé par ailleurs d’imaginer un cri de guerre en rapport avec le nom de notre équipe: nous sommes  « les Massaï ». Je commence à me demander ce que je fous dans cette galère… Mais heureusement pour moi, je me trouve avec ma jeune nièce – cérébralement encore intacte- et les deux vainqueurs du dernier rallye: Isabelle et Vincent. L’espoir n’est donc pas tout à fait perdu.

 

Consignes de Philippe avant le départ: Rouler cool, si vous êtes perdus, appelez le 22  à Asnières ou votre arrière grand-mère, vous pourrez tenter votre chance à nouveau l’année prochaine !
Non, je déconne, on pouvait se retrouver tranquillement à certaines étapes, le comité organisateur  nous attendrait et de toute façon, ils avaient nos 06, enfin, j’espère…

Grâce au livret, nous avons découvert toutes les communes à traverser où à explorer.

Tout le monde en selle, ça roule.

En cours de route, Vincent nous a proposé une pause à Gisors ou  l’église- cathédrale est absolument fantastique de démesure et où trône  par ailleurs, sur les hauteurs, un château médiéval.
Puis nous arrivons Forges-les-Eaux, où sont programmés les premières épreuves et le pique-nique.
Commence l’épreuve des fléchettes, terrible pour les concurrents pour ne pas dire impitoyable, avec un ratio points gagnés, versus difficulté, beaucoup trop favorable aux as du comptoir en zinc, les rois du lever de coude… À ce jeu, les Samouraïs nous ont mis un carton. Mais grâce  aux suppliques et à l’énergie de  Gilles, dont c’était l’anniversaire, le jury à reconsidéré sa façon de compter les points et a remis sur le même niveau les épreuves intellectuelles et celles qui ne l’étaient pas. Malgré tout, il y en a un qui a bien fini failli voir son dernier jour arriver, c’est le petit arbre sur lequel était fixée la cible et qui prenait des allures de porc épic …

Déjeuner sur l’herbe près des lacs et du casino sous le soleil et quelques passages nuageux: endroit reposant où les statues de trois sirènes s’amusant avec un filet d’eau se sont vues rejointes par les bikeuses du groupe, posant à leurs côtés, dans des positions lascives dignes de faire rougir le dieu Éros…

À la fin de ce repas très champêtre, Patrick est venu nous gâter (les dents) avec ses douceurs de la maison Haribo. Sa tentative d’empoisonnement pour éliminer les équipes adverses fut un échec !

Reprise des bécanes, et poursuite  du rallye sur la D12. Cette départementale fut un moment d’enchantement au milieu des prés et des vallons verdoyants. Les virolos se suivaient à un rythme évoquant une symphonie de jazz…. Que du bonheur!

Puis atterrissage à St SAENS ou il nous faut  trouver dans le payage la réponse à 323 questions dont une  sur des mains à faire le jour même. Ça me rappelle que ma grand-mère disait « desmain » et non « demain ». Si vous avez connu cela avec votre grand-mère, contactez-moi à l’adresse email : « mamie dis-ce-lexique@gmail.com ».

Sinon, ce fut l’occasion pour  les participants  d’admirer un  mariage local où les robes saumonées le disputaient âprement aux robes Bordeaux.
Match retour au prochain weekend pour les amateurs de haute couture…

L’après-midi se termina de façon sportive. Nous pratiquâmes  les bars parallèles, de village en village et le dernier, BUCHY, nous ramena dans l’univers des Shadocks, car une magnifique pompe  de la fin du 19e siècle, trônait à côté de notre bistrot, non loin de l’ancienne halle.

Rugissement des Harley  et retour en convoi sur Herblay, pour un rendez-vous très robot-rat-poilu, (roboratif), au restaurant « les Halles de l’Aveyron », avec désignation de l’équipe gagnante, suite à des opérations « gastronomiques », remise des prix aux vainqueurs plus que méritants- tant la difficulté était grande-  et surtout le plaisir de se retrouver ensemble pour se féliciter d’avoir survécu à  cette journée de détente et rigolade.

À refaire sans hésiter.

 

Un  grand merci à Isabelle, Philippe, Marie-Laure, Jean-Marc. Grâce à votre talent  d’organisateurs, vous avez mis de la vie dans les nôtres ce jour là.

 

Didier Manchon.

 

985total visits,3visits today